Race de poule rousse ou poule fermière : origines, ponte, caractère et longévité

Race de poule rousse ou poule fermière : origines, ponte, caractère et longévité

Lorsque l’on pense à une poule, la majorité d’entre nous imagine une poule rousse. Dans les dessins animés de notre enfance, sur les boîtes d’œufs, dans les cours de fermes, les poules sont presque toujours rousses. Mais d’où vient la poule rousse ? Et pourquoi cette popularité ? Il faut dire que cette figure emblématique des poulaillers a de quoi séduire. Découvrez la poule rousse, ses origines, son caractère.

D’où vient la poule rousse ?

La poule rousse n’est pas une race de poule, au sens strict du terme. Elle est issue de croisements de diverses variétés, Américaines pour la plupart, telles que la Bovans, la Lohman, la Brown, la Warren, la Plymouth ou encore la Rhode Island Red. Ces multiples croisements donnent lieu à des milliers de sortes de poules rousses, et ces diverses origines expliquent les différences de couleurs des poules rousses, qui vont du roux clair presque blond au roux très foncé. Mais l’objectif de ces croisements n’est pas esthétique.

La poule rousse est la reine de la ponte

Ces hybridations ont pour but d’obtenir une poule domestique très productive, robuste et facile à élever. Et le résultat est au rendez-vous, puisque notre belle rouquine peut pondre jusqu’à 300 œufs par an. Elle pond d’ailleurs tout au long de l’année. C’est bien pour cette raison que la poule rousse est communément appelée une poule pondeuse. En revanche, elle n’est pas très performante lorsqu’il s’agit de couver ses œufs, même s’ils sont fécondés.

La poule rousse : une brave poulette

La poule rousse est appréciée également pour son bon caractère. Curieuse et sociable, elle fait la joie des enfants et elle accourt volontiers à leur rencontre. Affectueuse et docile, elle s’apprivoise très facilement, au point de venir vous manger dans la main. La poule rousse est très intelligente. Elle observe et comprend beaucoup de choses. Comme un chien, elle peut vous suivre dans la cour ou au jardin, ce qui la rend très attachante. Ses nombreuses qualités font de la poule rousse la poule idéale des familles. Si vous envisagez l’installation d’un poulailler, optez en toute confiance pour la poule rousse. Elle s’adaptera rapidement à son nouvel environnement et pardonnera vos erreurs de débutant. Enfin, elle est très simple à se procurer puisque la poule rousse est la plus répandue, vendue et la plus élevée sur notre territoire, qu’il s’agisse d’élevages particuliers ou industriels.

Que mange la poule rousse ?

La poule rousse, comme toutes les poules, est omnivore. Elle mange donc indifféremment les insectes et les vers qu’elle déniche en fouillant la terre que les épluchures de légumes ou les restes de table. Cependant, il est préférable de lui procurer une alimentation adaptée, et ce pour plusieurs raisons :

  • Pour préserver la bonne santé de votre poule ;
  • Pour éviter qu’elle ne souffre de carences ;
  • Pour qu’elle ponde de façon régulière ;
  • Pour que ses œufs soient de bonne qualité ;
  • Pour prolonger son espérance de vie.

Les jardineries et animaleries proposent des aliments spécifiques prêts à l’emploi, qui contiennent tout ce dont votre poule fermière a besoin. Il s’agit en général d’un mélange de céréales concassées telles que de l’orge, du blé ou du maïs, additionné de soja ou de colza et enrichi en minéraux, notamment du calcium, du phosphate et du sodium. Grâce à cette alimentation, vos poules pondent très régulièrement et les œufs sont de meilleure qualité, entourés d’une coquille bien solide. Par le biais des œufs, vous mangez ce que vos poules ont absorbé, donc donnez-leur de la qualité et elles vous le rendront.

A lire aussi : Élevage de poules : nourriture et aliments

Hygiène du poulailler

Pour avoir des poules en bonne santé et qui vous donnent de bons œufs, il est très important de maintenir une hygiène parfaite dans leur habitat, afin d’éviter la prolifération de bactéries qui pourraient leur être fatales. Il faut également que vos poules soient à l’abri des intempéries, du froid et de l’humidité. Une couche de litière répandue sur le sol du poulailler permet d’isoler et d’absorber l’humidité ainsi que les fientes. Vous pouvez utiliser du sable, de la paille ou des copeaux, selon vos possibilités. Chaque matériau a ses avantages et ses inconvénients :

  • La paille est bon marché et représente un bon isolant, mais elle peut être irritante pour les bronches autant que pour les plumes de vos poules. Elle a aussi tendance à attirer les parasites, comme les poux ou les puces ;
  • Les copeaux sont intéressants, mais il faut se méfier de l’essence de bois utilisée, car certaines peuvent être irritantes pour vos gallinacés. De plus, les copeaux doivent provenir de bois non traité. Pour ces deux raisons, évitez les copeaux de récupération et privilégiez les copeaux adaptés aux volailles ;
  • Le sable est très absorbant et les poux le détestent. De plus, il est très doux pour les volatiles qui adorent y picorer pour les minéraux qu’il contient. Le sable présente peu d’inconvénients, si ce n’est d’être plus lourd à transporter que les copeaux ou la paille.

Notre populaire poule rousse a décidément tout pour plaire. Elle fait de plus en plus l’unanimité chez les particuliers amateurs de bons œufs frais. La poule rousse a aussi une vocation écologique puisqu’elle participe grandement à la réduction des déchets ménagers au sein d’une famille. En conclusion, beaucoup d’avantages et peu d’inconvénients à lui attribuer, à cette jolie cocotte.

Haut de page